Fin de l’aventure transatlantique / End of the transatlantic adventure

     Après 10 jours à viser un petit banc de sable et des récifs pour atterrir aux Bahamas, voir la ligne d’horizon découpée par les gratte-ciel de Floride devant nous fut un spectacle impressionnant. Ce moment était rempli d’émotion pour Victor, Lucas et moi-même qui n’avions pas vu la terre continentale depuis le détroit de Gibraltar.

Lagoon_630_Motor_Yacht_Atlantic_catamaran fin (9)

Les membres de la famille Lagoon se sont joints à nous pour notre arrivée à Miami, un Lagoon 52 et un Lagoon 39. Nous sommes tous entrés ensemble dans la Marina de Bayside pour le salon nautique.

Lagoon_630_Motor_Yacht_Atlantic_catamaran fin (5)

Le salon nautique de Miami fut un succès et après cinq jours de compliments et de photos, je ne pouvais pas prendre le temps de me reposer sur mes lauriers ! En effet ma tournée continue et je dois être prêt pour le salon nautique de Singapour en avril.

Lagoon_630MY_miami_transatlantic

De Miami, j’ai navigué vers l’entreprise Multitech à Fort Lauderdale pour une visite de contrôle. Un technicien Volvo est venu pour faire la maintenance et vérifier mes moteurs qui totalisent maintenant environ 1000 heures ! Il a dit qu’ils étaient en très bon état. Il a simplement renouvelé mon huile et changé certains filtres. Un technicien Navico est aussi venu pour mettre à jour mon logiciel Simrad. Maintenant je peux prendre la direction de Savannah, en Géorgie. C’est là-bas que je serai chargé sur un porte-conteneurs direction l’Asie.

La fenêtre météo était serrée, et l’heure d’arrivée est essentielle pour mon chargement à Savannah. Nous avons dû nous glisser entre deux systèmes de basse pression pour arriver avant le début du vent du nord qui devait souffler contre le Gulf Stream. Nous sommes partis dans la nuit avec Olivier Capot, un skipper français vivant à Fort Lauderdale, qui a rejoint Lucas pour le voyage. Avec ma largeur de 10m/ 32ft, en passant par les canaux étroits de Fort Lauderdale, Lucas a pu vraiment apprécier les 2 postes de barre sur le flybridge. Les manœuvres et la conduite étaient plus faciles par rapport à un poste de pilotage central où il peut y avoir une visibilité limitée sur les côtés et à l’arrière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le front froid nous a frappés comme prévu lorsque nous avons mis le cap en direction de la côte, à 10 milles de l’entrée de la rivière de Savannah. Nous avions 25 nœuds soufflant du Nord et la température a chuté à 3 ° C. Ce fut une transition brutale avec le soleil de Floride. Olivier qui a beaucoup d’expérience en navigation sur catamarans a été impressionné par ma stabilité et la façon dont j’ai réagi face à ces conditions. Même contre le vent et la houle, à la bonne vitesse, je naviguais en douceur sur les vagues, tout en conservant un bon rythme.

Une fois que nous étions à quai dans le centre de Savannah, Lucas et Olivier ont commencé à me préparer pour l’expédition tandis que les touristes et les habitants curieux marchaient par-là, se demandant pourquoi j’étais recouvert de plastique.

Lagoon_630_Motor_Yacht_Atlantic_catamaran fin (8)

Lorsque le navire porte-conteneurs OOCL Taipei est arrivé et était prêt à charger, il était temps pour moi de me diriger vers lui. Le chargement a été rapide, les sangles ont été mises dans l’eau de la rivière et je me suis placé entre les deux. Lucas a fait un dernier tour de vérification, éteint mes moteurs, coupé mes batteries et je fus place à l’intérieur du cargo, en dessous du pont principal.

Lagoon_630_Motor_Yacht_Atlantic_catamaran fin (4)

Lagoon_630_Motor_Yacht_Atlantic_catamaran fin (3)

Lagoon_630_Motor_Yacht_Atlantic_catamaran fin (1)

Mon voyage transatlantique se termine ici, j’espère que vous avez apprécié autant que moi cette aventure. Il est maintenant temps que je me repose pour la nouvelle aventure asiatique qui m’attend.


           After 10 days of trying to spot little sand cays and reefs in the Bahamas seeing the skyline of the Floridian coast stretching for miles before us was an impressive sight and an emotional one too for Victor, Lucas and myself who hadn’t seen continental land since the straight of Gibraltar. Members of my Lagoon family joined us for our arrival in Miami, a Lagoon 52 and a Lagoon 39 as we entered the Bayside Marina all together for the Miami boatshow.

The Miami boat show was a success and after 5 days of receiving compliments and posing for pictures, there was no time to rest on my laurels as my tour continued and I had to get ready for the Singapore boat show.

From Miami, I went to visit Multitech in Fort Lauderdale for some touch ups and checks before going to Savannah, Georgia to be lifted onto a container ship.

A Volvo technician came to service and check my engines that now totaled about 1000 hours and said they were in great condition. He simply changed my oil and some filters. A Navico technician came to update my Simrad software and I was ready to go.

The weather window was tight, and time was of the essence to arrive in Savannah. We had to leave in between two low-pressure systems to arrive before the northerly wind started to blow against the Gulf Stream. We left at night with Olivier Capot, a French skipper living in Fort Lauderdale, who joined Lucas for the trip. With my 32ft beam going through the narrow canals of Fort Lauderdale, Lucas could really appreciate the dual helming stations on the fly bridge. Tight maneuvering was easy compared to a central helm station with limited visibility on the sides and stern.

The predicted cold front hit us just as we ducked in toward the coast, 10M from the Savannah River mouth. We had 25knts blowing from the North and the temperature dropped to 3°C which was a rough transition from the Floridian sunshine. Olivier who has a lot of sailing experience on catamarans was impressed with my stability and the way I handled these conditions. Even against the wind and swell, at the right speed, I could go smoothly over the waves with very minimal slamming while still maintaining a good pace.

Once we were docked in downtown Savannah, Lucas and Olivier began preparing me for shipping while curious tourists and locals walked by, asking why I was getting covered in plastic.

When the OOCL Taipei container ship arrived and was ready to be loaded, it was time for me to head up the river. The loading was quick, the straps were set in the river as I positioned myself in between, Lucas did a last check, turned off my engines, cut my batteries and up I went to get stowed below deck.

My transatlantic journey ends here, I hope you have enjoyed it as much as I did. It is now time for me to sign off and get some rest for the new Asian adventure that awaits me.

  • don thomases

    Capt Lucas, please thank the Lagoon for providing such a lively journal of your crossing. It was a great way for a land-locked, frozen New Yorker to enjoy an ocean escape!I hope your next travels bring you to Brooklyn, so we can share some vin rouge & hear more tales.

    • Alexlagooninside

      Thanks for your comment Don. Indeed Lucas is on another adventure now and the 630 is bearing Singapore now !